Blogs

Toutes les publications (153)

POUR UNE DEMOCRATIE LOCALE AVANCEE

Démocratie Locale

 

La question du rapport gouvernant-gouverné revient sur la table à chaque moment électoral, l’opposition promettant régulièrement de faire plus et mieux, en termes de transparence et de participation citoyenne. Mais une fois devenue majorité, les contraintes de l’action érodent les bonnes résolutions d’autant plus facilement qu’elles sont restées vagues. C’est pourquoi le but à atteindre doit être énoncé précisément, ainsi que les moyens mis en œuvre :

Nous voulons rééquilibrer les pouvoirs

« Le peuple ne peut pas se gouverner lui-même », a dit John Stuart Mill. Commençons donc par  admettre la nécessité d’une autorité exécutive efficace, capable d’arbitrer et de prendre des décisions, y compris impopulaires. Mais nous voulons contenir ce pouvoir d’une personne en imposant au Maire de se conformer à quelques règles simples, d’une part envers l’assemblée (le Conseil Municipal) qui l’a investi en début de mandat, d’autre part envers les citoyens eux-mêmes.

Lisibilité

Autant une décision peut s’avérer judicieuse, autant les conditions de sa maturation, si elles ne sont pas comprises et si possible concertées, peuvent faire l’objet de réactions négatives, non seulement sur le fond de la décision, mais aussi sur le manque de respect que cette pratique révèle à l’égard des citoyens. En attestent les dossiers  d’investissements lourds  (rénovation de la piscine municipale)  présentés en conseil municipal par le maire sans avoir consulté la commission concernée ; les subventions aux associations votées en une seule délibération groupée sans aucun élément d’appréciation mis à disposition des élus par les services ; les subventions aux associations culturelles conventionnées soumises au vote sans avoir pu prendre connaissance du rapport d’activité...

Propositions :

  1. Permettre aux élus d’opposition d’accéder à toutes les pièces techniques des dossiers soumis à délibérations (à la manière des élus des Comités d’Entreprise dont le droit à l’information est encadré par le Code du Travail).
  2. Prévoir un délai de deux mois entre chaque CM afin de laisser le temps nécessaire à l’instruction et au travail en commissions.
  3. Redonner de l’épaisseur au travail en commissions en invitant des personnalités extérieures et notamment les représentants des structures conventionnées avec la ville. On pourra également ouvrir les commissions thématiques aux conseillers de quartier.
  4. Publier (en ligne) les rapports d’activité et d’évaluation prévus dans les conventions.
  5. Toute demande de subvention fera l’objet d’une fiche A4 qui sera mise en ligne avec un tableau récapitulatif par secteur des subventions accordées sur toute la durée du mandat.
  6. Publier en ligne les projets de délibérations 5 jours avant le Conseil afin que les citoyens puissent avoir connaissance de ce qui s’y décidera.
  7. Retransmettre les séances du CM en visioconférence.

 

 

Responsabilité

«  La responsabilité doit être comprise comme la contrepartie de l’exercice d’une autorité ». Elle s’incarne dans l’acceptation par le gouvernant de procédures de contrôle et d’évaluation pouvant émaner, soit de l’assemblée délibérante (Conseil Municipal) soit de l’initiative citoyenne.

Propositions :

  1. Créer une cellule technique d’évaluation et de prospective, rattachée au DGS.
  2. Créer une commission municipale d’évaluation, présidée par un élu d’opposition.
  3. Créer une commission de contrôle financier, ouverte à toutes les sensibilités politiques représentées au CM , chargée de contrôler les comptes des sociétés délégataires de service public et des associations conventionnées, comme cela existe au Grand Avignon et comme la Loi nous y oblige (articles R.2222-1 à 6 du CGCL).
  4. Instituer un déontologue (Loi 2016) chargé de veiller au respect des règles de déontologie de la part des élus municipaux et à la protection des lanceurs d’alerte.
  5. La même personne exercera également la fonction de médiateur, auquel les administrés pourront recourir en cas de litige avec un service municipal.

Réactivité, participation citoyenne à l’action publique

Comment organiser une expression citoyenne autrement que par les réseaux sociaux ?  L’opinion doit pouvoir se faire entendre, et le gouvernant lui répondre dans des formes correctes, en allant au fond des problèmes.

Propositions :

  1. Instaurer un délai maximum de réponse aux questions posées sur avignon.fr 
  2. Organiser annuellement un grand débat public, sur « le » sujet du moment, équipé des outils informatiques et méthodologiques à même de permettre l’expression de chacun.
  3. Instaurer une procédure de pétition citoyenne.
  4. Rendre les conseils de quartier publics et prévoir à la fin de chaque conseil de quartier un temps permettant aux citoyens de poser des questions.
  5. Sortir les medias municipaux de leur dépendance politique à l’autorité exécutive en créant un comité éditorial reflétant la diversité du CM.
  6. Instaurer à titre expérimental un forum citoyen de la culture, lieu de débat régulier entre les acteurs culturels et les citoyens, dont l’animation serait confiée à un journaliste indépendant (club de la presse par exemple)

La participation citoyenne : un atout pour l’efficacité de l’action publique.

La bonne pratique démocratique répond certes d’abord à une exigence éthique,  mais aussi à une préoccupation d’efficacité.  En effet, la réussite d’une politique ne dépend pas seulement de l’engagement des agents publics. Lutte contre les pollutions, propreté, transports publics :  le résultat final dépend de la contribution de chacun,  autant sinon plus que de la contrainte règlementaire.

Or, comment donner envie aux citoyens d’écouter notre message (« prenez le tramway ! ») , si nous ne prenons pas la peine d’abord de les écouter eux ?  L’adhésion citoyenne n’est pas gagnée d’avance. Elle a pour moteur  le niveau de confiance des relations entretenue avec  le pouvoir exécutif. En ce domaine, lisibilité, responsabilité et réactivité sont des éléments clé pour signifier que la parole a été entendue, qu’elle est respectée en tant que telle, et que si elle n’est pas suivie, c’est pour de bonnes raisons, ou en tous cas des raisons qui auront été expliquées.

Olivier Gros

 

Lire la suite...

Pesticides : la Ministre de la Santé s'annonce défavorable à l'indemnisation des victimes

Le gouvernement vient d'annoncer son opposition au projet de création d'un fond d'indemnisation des victimes des pesticides, alors que cette proposition de loi avait été approuvée à la majorité absolue au Sénat le 1er février 2018. Pour la première fois, elle ouvrait la possibilité de faire reconnaître un lien entre l'exposition aux pesticides et des atteintes graves à la santé.

La Ministre de la Santé Agnès Buzyn a ainsi déclaré que « la création d'un tel fond [lui] apparaît prématurée », et que « nous connaissons encore trop mal les risques sur la santé d'une exposition à un ou plusieurs produits phytopharmaceutiques. »

Cette affirmation est jugée comme scandaleuse par les victimes des pesticides et les associations mobilisées sur cette question.

« Les victimes des pesticides sont encore abandonnées. Ne leur restera-t- il que les tribunaux pour faire valoir leurs droits, avec les frais considérables associés et les risques de rejet des procédures ? » déplore Arnaud Apoteker, délégué général de Justice Pesticides, qui recense toutes les affaires judiciaires liées aux pesticides dans le monde.

L'INSERM (Institut national de santé et de recherche médicale) avait pourtant souligné, en 2013, le caractère « intrinsèquement dangereux » des pesticides ainsi que « des augmentations de risques significatives pour plusieurs pathologies. »

« Je suis scandalisée par les propos de notre Ministre de la Santé. Nous sommes dans le négationnisme scientifique absolu, alors que les preuves scientifiques se sont accumulées dans le monde entier. L'influence du lobby des empoisonneurs a encore frappé, au détriment des victimes » déclare Michèle Rivasi, députée européenne écologiste, membre de la commission spéciale PEST au Parlement européen.

Ce combat, mené notamment par Phyto-victimes et Justice pesticides, démontre une nouvelle fois le poids des lobbies industriels dans notre pays. Il légitime une nécessaire convergence des luttes pour la santé environnementale, entamée notamment le 1er mai à Fos-sur-Mer par « la marche Vérité et Justice pour la santé environnementale ». Ce groupe de citoyens, accompagné d'une centaine d'associations, marche jusqu'à Paris puis Bruxelles et Strasbourg pour porter la voix des victimes.

La « marche des cobayes » demande en premier lieu la reconnaissance du crime industriel et environnemental, ainsi que l'inversion de la charge de la preuve pour les victimes. En effet, ce doit être à l'industriel de prouver l'innocuité de son produit - et non à la victime de prouver le lien de causalité entre sa pathologie et le facteur de pollution ou le produit toxique.

La marche sera à Grenoble les 18 et 19 mai pour des débats sur les nano-particules et les pesticides. Le film Le Roundup face à ses juges de Marie-Monique Robin, justement sur les pesticides, sera projeté le samedi 19 mai à 20h30 à la salle Gali (39 rue André Rivoire, Grenoble).

Plus d'informations : http://marchedescobayes.org.
Lien vers les photos de la marche.

Lire la suite...

la pollution de l'air :Il faut agir

Pollution de l’air : l’inaction est criminelle !

La France est renvoyée devant la Cour de justice de l’Union européenne pour le non-respect de ses engagements en matière de qualité de l’air. La Commission européenne a pris cette décision aujourd’hui 17 mai après de longs mois d’avertissements.

Ce renvoi est à la conséquence à la fois des nombreuses années d’inaction de l’État, mais aussi de la vacuité des mesures proposées récemment par le gouvernement. Il porte sur la pollution de l’air dans douzes zones en France, dont la région parisienne.

Le gouvernement n’est manifestement pas déterminé à agir contre les pics de pollution, ni contre la pollution chronique. Alors que nous sommes en situation d’urgence sanitaire, avec près de 50 000 morts par an en France, l’inaction est criminelle.

Si la situation est déplorable, cette décision est peut-être une bonne nouvelle : en cas de condamnation, la France aura l’obligation d’agir. La condamnation de la France en 2013 pour la pollution des rivières avait été suivie d’effets.

C’est également à ce titre que les écologistes saluent l’action des habitant·e·s de ka vallée de l’Arve qui ont porté plainte contre l’État il y a quelques semaines.

Europe Écologie – Les Verts salue l’action de l’Union européenne en la matière et constate que c’est bien l’Europe qui vient à la rescousse de la santé, contre les États.

La loi sur les mobilités qui est en préparation est une occasion pour commencer la mise en œuvre des mesures nécessaires, parmi lesquelles le plan vélo, les zones zéro émission, les investissements dans les alternatives au transport routier, l’abandon des projets d’autoroute. Des mesures fiscales seront également nécessaires pour favoriser le report modal.

Europe Écologie – Les Verts appelle le gouvernement à mettre en œuvre ces mesures, préconisées depuis longtemps par les écologistes, et nécessaires à la santé de nos habitant·e·s.

Julien Bayou et Sandra Regol, porte-parole nationaux

Lire la suite...

OFFRE D'EMPLOI

Offre d’emploi pour un poste de Responsable Administratif et financier et de la levée de fonds (H/F)

Date limite de réponse à l’offre d’emploi : d’ici le 18 mai à 12 h.

Le Réseau "Sortir du nucléaire", fédération nationale de 921 associations, recherche un ou une "Responsable Administratif, financier et stratégie de levée de fonds" à plein temps en CDI à Lyon dans le 4ème arrondissement.

Sous la supervision du Conseil d’Administration, vous assurez les missions suivantes en lien avec la responsable du pôle "mobilisations, actions", et avec l’équipe salariée en place (15 personnes réparties en 2 sites sur Lyon et Montreuil, ainsi qu’en télétravail).

Vous aurez sous votre responsabilité hiérarchique l’équipe administrative - gestion - communication (basée à Lyon)

En particulier, vous serez amené.e à travailler étroitement avec la comptable, le responsable boutique, les salarié.es et les prestataires intervenant sur les outils informatiques, la chargée de communication grand public (pour le volet "levée de fonds"), la secrétaire accueil ainsi que le commissaire aux comptes, l’expert comptable et le prestataire responsable de la paie.

Le recrutement ultérieur d’un.e assistant.e administratif et financier est prévu pour venir en appui des 2 pôles sur certaines missions.

Mission 1 – Pilotage administratif et financier

Responsabilité du pôle fonctionnel "Comptabilité, administration, secrétariat et boutique"
Pilotage budgétaire : élaboration et maîtrise du budget prévisionnel, suivi de la comptabilité analytique, suivi et mise à jour des tableaux de bord
En lien avec la comptable, supervision et analyse de la comptabilité
Suivi des rémunérations et supervision de la paie
Pilotage immobilier : gestion des différents locaux et des SCI auxquelles participe le Réseau
En lien avec le chargé des groupes et actions, suivi des aides financières versées aux groupes
Rédaction et présentation du rapport financier annuel pour l’AG
Organisation des liens avec le CA : secrétariat, planning …
Copilotage de l’AG avec le CA et la responsable du pôle "mobilisations et actions"
Suivi des statuts et règlement intérieur, et des autres dossiers liés à la vie associative en lien avec les salarié.e.s déjà en charge de ces aspects

Mission 2 – Stratégie financière et de levée de fonds de la structure

Pilotage de l’élaboration de la stratégie levée de fonds en lien avec la chargée de communication grand public
Suivi administratif et comptable du fonds de dotation "Pour un futur sans nucléaire"
Supervision de la stratégie financière de la boutique en lien avec le responsable "boutique militante"
Co-pilotage de la mise en place du nouvel outil de gestion des contacts, avec le prestataire informatique, et la responsable web et multimédia.

Mission 3 – Pilotage des ressources humaines

Réalisation d’entretiens annuels avec un administrateur référent ou seul par délégation du Comité de gestion
Élaboration du plan de formation pour l’ensemble de la structure
Suivi administratif des ressources humaines (élaboration des contrats de travail…), suivi et actualisation des dossiers légaux
Suivi de la convention collective animation
Suivi du temps de travail

Qualités requises pour le poste

Bonnes capacités d’organisation et de travail en équipe
Vision stratégique d’une structure associative nationale
Autonomie, fiabilité, rigueur intellectuelle et esprit d’initiative
Expérience en stratégie de levée de fonds
Intérêt pour la lutte antinucléaire

Compétences

Maîtrise de la comptabilité, gestion et pilotage budgétaire
Maîtrise des outils bureautiques
Une bonne connaissance de la gestion des ressources humaines
Une bonne connaissance du fonctionnement associatif

Niveau de qualification

Bac + 4 ou expérience équivalente
3 ans d’expérience sur poste similaire

Conditions de travail
Lieu de travail : au siège national de l’association à Lyon 04

Nature du contrat : CDI avec une période d’essai de trois mois renouvelable une fois.

Statut : cadre selon la convention collective de l’animation

Durée de travail hebdomadaire : 35 h

Rémunération : groupe G, coefficient 400 de la convention collective de l’animation.

Avantages : Chèques déjeuners. Reprise ancienneté. Participation de l’employeur à une mutuelle santé à hauteur de 50 %, couverture des risques décès et invalidité par un contrat de prévoyance, plan d’épargne retraite entreprise…

Disponibilité ponctuelle les soirs et certains samedis. Compensation en jours de récupération. Déplacements possibles sur Antenne de Montreuil.

Envoyez votre candidature (lettre de motivation, CV) - d’ici le 14 mai à 12 h au plus tard - par mail dans un seul document au format PDF - à : recrutement@sortirdunucleaire.fr Indiquer comme sujet de votre mail "Candidature Responsable Administratif, financier et levée de fonds".

Pour tous renseignements, contact uniquement par mail recrutement@sortirdunucleaire.fr

Un grand merci pour l’intérêt que vous portez à notre cause !

Lire la suite...

L'EXIT TAX : EELV RÉAGIT

COMMUNIQUÉ DE PRESSE:

Suppression de l’Exit tax : tapis rouge pour l’évasion fiscale

L’évasion fiscale coûte très cher aux Français. Ce sont 60 à 80 milliards d’euros qui, chaque année, échappent au pot commun de l’impôt pour renforcer quelques fortunes personnelles. La capitalisation personnelle de quelques très grandes fortunes au détriment du bien vivre de la majorité a son système : les paradis fiscaux, les chambres de compensations internationales. Chaque année, ce sont près de 1000 milliards qui échappent ainsi à toute loi, à toute logique. Comme expliquer la suppression de l’exit tax, et parallèlement, la baisse de 5 euros des APL, la réduction des retraites, la suppression des statuts, la fragilisation des travailleur·euse·s ? Le concept de justice sociale n’est-il qu’une coquille vide pour ce gouvernement qui décidément, chouchoute les plus riches ?

Cette décision va à l’encontre des objectifs affichés de lutte contre l’évasion fiscale, légale ou illégale. C’était pourtant même le prétexte avancé par le gouvernement à la suppression de l’ISF ! Alors que l’évasion fiscale est un sujet extrêmement grave, tant elle nuit au fonctionnement de l’État et prive de moyens les services publics, le président de la République prend des mesures pour la favoriser.

Dire une chose et “en même temps” faire l’inverse : voilà la marque de fabrique d’un gouvernement qui annonce beaucoup mais n’obtient rien. L’amélioration du niveau de vie ? Négative. La valorisation de la justice sociale à travers l’outil de l’imposition ? Négative L’amélioration de la qualité de l’air ? Négative.

Europe Écologie – Les Verts dénonce cette énième manipulation qui, encore une fois, se fait au détriment des plus faibles et à l’avantage des plus grosses fortunes françaises. Cette taxe ne doit pas être supprimée : elle doit être améliorée, amplifiée et généralisée. Il est temps de passer des promesses aux actes.

Julien Bayou et Sandra Regol, porte-parole nationaux

Lire la suite...

COMMUNIQUÉ D'EELV

Pollution de l’air : l’inaction coupable

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 7 millions de personnes meurent chaque année dans le monde parce qu’elles respirent un air trop chargé en particules fines. L’étude révèle également que neuf personnes sur dix sont exposées quotidiennement à un air contenant de « hauts niveaux de polluants ». En Europe, ce sont 500 000 morts chaque année, dont 48 000 en France. Si la pollution de l’air menace chacun·e d’entre nous, ce sont les plus fragiles, pauvres et marginalisés qui en sont les premières victimes.

Les écologistes alertent depuis des années mais les chiffres sont sans cesse plus tragiques et représentent désormais plus que les morts cumulés du sida, de la tuberculose, du diabète et des accidents de la route. Cancers du poumon, accidents vasculaires cérébraux, infarctus, maladies pulmonaires chroniques obstructives… La pollution de l’air est la troisième cause de mortalité, après l’alcool et le tabac.

C’est pourquoi, Europe Écologie – Les Verts se félicite qu’après dix ans d’avertissements sans frais, la Commission européenne se soit enfin décidée à mettre la pression sur les États dont la qualité de l’air dépasse régulièrement les valeurs limites en PM10 (particules de moins de dix millimètres de diamètre) et dioxyde d’azote. Fin janvier 9 ministres de l’écologie européens, dont Nicolas Hulot avait d’ailleurs été convoqués. C’est devant la Cour de justice de l’Union européenne que la France doit répondre de ses manquements, le gouvernement n’assurant pas une qualité d’air saine à l’ensemble de nos concitoyen·ne·s. Le Conseil d’État a également exhorté le gouvernement à prendre urgemment des mesures pour réduire la pollution.

Europe Écologie – Les Verts soutient les familles de la vallée de l’Arve qui attaquent l’État pour « carence fautive » ainsi que toutes les initiatives personnelles et collectives allant dans le même sens à travers le pays. Il est scandaleux que la qualité de l’air soit responsable de 8 % de la mortalité annuelle dans la vallée de l’Arve, soit 85 morts. Les écologistes dénoncent l’inaction de l’État et des autorités administratives et donc, leur culpabilité.

Cette inaction aux conséquences dramatiques n’est pas une fatalité. De nombreuses solutions existent, et ne demandent qu’à être mises en œuvre. Encouragement des transports collectifs et des mobilités douces, dont la marche et le vélo ; régulation des véhicules polluants en zone urbaine ; application du principe pollueur-payeur dans le transport de marchandise ; modification des pratiques agricoles ; plan de réduction des pollutions des installations industrielles. Le tout doit s’accompagner de mesures d’accompagnement pour les ménages les plus modestes, notamment en matière de mobilité et de chauffage.

La pollution tue : le gouvernement doit immédiatement agir.

Julien Bayou et Sandra Regol, porte-parole nationaux

Lire la suite...

NDDL LES SOLUTIONS EXISTENT

Les solutions existent , voici un extrait d'interview de José Bové et Nicolas Hulot , JUSTE AVANT L'ABANDON DU PROJET D'AÉROPORT

"Les choses sont très simples. Il y a 40 ans, quand François Mitterrand a abandonné le projet d’extension du camp militaire du Larzac, il a fallu en finir avec l’expropriation et revenir à la normale après dix ans de combat. On a profité de ce délai de trois ans pour imaginer une solution foncière qui permettait à la fois aux agriculteurs de retrouver leurs terres, et à ceux qui étaient squatteurs, comme moi, d’accéder aux terres et d’avoir un bail en bonne et due forme. Pour faire ça, on a imaginé à l’époque avec Matignon, des juristes et des chercheurs, une solution foncière qui a pris la forme d’un bail emphytéotique. L’État a donc confié pour 60 ans la gestion des terres aux habitants. C’est collectivement, ensuite, que les installations ont pu se faire que les fermages ont été mis en place, etc. Au lieu d’avoir une solution qui vienne d’en haut, ce sont les habitants qui ont géré directement", explique-t-il.

 

Pour José Bové, le même type de solution est tout à fait transposable au dossier de Notre-Dame-des-Landes. "Ce que je propose pour Notre-Dame-des-Landes, c’est la même chose ! On est actuellement dans la même phase juridique. Toutes les terres ont été expropriées, il faut donc sortir de l’expropriation et construire ensuite collectivement avec les agriculteurs, les habitants et les élus locaux un système collectif qui permette de gérer le foncier et d’attribuer les terres. Tout ça peut se faire dans la concertation, si le projet est abandonné bien évidemment", assure-t-il avant de mettre les décideurs de ce dossier face à leurs responsabilités.

"Nicolas Hulot connaît bien cette histoire, j’ai aussi envoyé un courrier aux médiateurs allant dans ce sens, courrier qui a été introduit dans le rapport remis récemment au président de la République. Aujourd’hui, tous les éléments sont sur la table. En cas d’abandon, on a une solution qui permet de sortir par le haut et de responsabiliser tout le monde : l’État confie la gestion de ses terres à travers une structure qui se met en place. À travers ça, c’est la paix qu’on retrouve. Sur le Larzac, ça a permis d’augmenter de 20% le nombre d’agriculteurs depuis 1971. On connaît toute la dynamique qui n’a pas arrêté depuis", rappelle-t-il.

Réécoutez en podcast toute l’interview de José Bové sur Sud Radio

 

 
 
Lire la suite...

Un conseil Communautaire surréaliste !

Compte rendu succinct du Conseil Communautaire du 9 avril 2018 :

 

Le budget a été voté majoritairement alors qu’une partie de la majorité d’Avignon a voté contre.

De façon un peu surréaliste, le maire d’Avignon et certains membres de sa majorité ( il y a eu une interruption de séance et certains élus de sa majorité ont refusé de voter contre ce budget) ont voté contre un budget pourtant très favorable à notre ville.

C’est aussi très surprenant de voir la première Vice-Présidente en charge des finances voter contre ce budget et rester à son poste. Le président JM Roubaud fait preuve d’une flexibilité et de tolérance qui fait défaut au maire d’Avignon qui a décidé de rompre des engagements écrits et s’est débarrassé de plusieurs de ses élus pour de simples divergences d’opinions alors qu’elle se permet de rester en place et voter contre le budget de l’agglomération. Les critiques qu’elle n’a pas eu le courage d’exprimer ont été portées par son adjoint aux finances et étaient assez pitoyables.

Cet épisode reflète à la fois la crise au sein de la majorité municipale d’Avignon et met en évidence le jeu politique du maire qui passe au-dessus des intérêts des Avignonnais.

 

Budgets de l’eau et de l’assainissement :

La gestion en DSP ( Délégation de Service Public) de l’eau a abouti à des résultats déplorables: pour le Grand Avignon.

Prix du m³ inique: moins on consomme et plus il est cher ( à cause de la part forfaitaire) un taux de rendement du réseau record dans le mauvais sens jusqu'en 2016 (en 32 ans, effort de Veolia les 31° et 32° années) ; cf. classement l’émission Cash Investigation où Avignon est classée 48° sur 50 , alors que nous avons de l'eau sous les pieds, donc moins de canalisations à entretenir et une ville sans dénivelé.

Des coupures et réductions illégales jusqu'à nécessiter un rappel à l'ordre écrit du Président JM Roubaud.

sur Villeneuve un réservoir usé prématurément (manque d'entretien maintenance) un peut partout des factures aberrantes de plusieurs milliers d'euros qui arrivent sans prévenir (7 cas récents ) et sans aucune initiative de prendre contact directement avec l'usager autrement que par des lettres de menaces, alors que la moindre des choses serait d'informer l'usager de ses droits, notamment dans le cadre d la loi Warsmann

Pour toutes ces raisons, nous restons de fermes partisans de la gestion en régie publique et nous ne voterons pas les budgets de l’eau et de l’assainissement.

 

Budget des ordures ménagères :

Les écologistes n’ont pas voté le budget des ordures ménagères qui se contente de gérer l’existant sans ambition de réduire les déchets.

Malgré quelques mesures comme les conteneurs enterrés, le budget est loin de chercher à relever le défi de la baisse nécessaire et urgente des ordures ménagères.

Trois mesures s’imposent :

Mettre en œuvre un plan pour améliorer le tri sélectif en recrutant notamment des ambassadeurs du tri et en menant une campagne d’information.

Nécessité de développer le compostage et la collecte des fermentescibles ( 30 % de la poubelle en moyenne).

Renouveler la flotte de véhicules de ramassage des ordures par des camions aux gaz à la place des diesels.

 

Budget principal :

 

Nous avons voté le budget principal avec deux réserves sur la LEO ( nous sommes favorables à un tracé alternatif par les voies existantes au nord des Bouches-du-Rhône) et sur le pôle PEGASE.

 

Ce budget, bien qu’insatisfaisant, c’est aussi celui du TRAM, de la rénovation de l’opéra d’Avignon du nouveau programme de rénovation urbaine, d’Avignon confluence, des pistes cyclables.... De nombreux projets qui profitent directement à Avignon.

 

Concernant le Tram, nous avons rappelé notre attachement à la gratuité des transports en commun et il nous a été répondu qu’après la construction du Tram, si le versement transport est maintenu à son niveau actuel, on pouvait envisager la gratuité des transports en commun. Les lignes bougent un peu !

Nous avons demandé à ce que le renouvellement des bus soit l’occasion d’abandonner le diesel pour passer au gaz ou à l’électrique.

Nous souhaitons une étude de la ligne deux du tram jusqu’au parking des Italiens ( pour relier les deux parkings relais).

Nous avons demandé la réalisation d’une passerelle piétonne et cycliste sur le pont Daladier lorsque le tram mobilisera une voie de circulation.

 

Lire la suite...

NDDL :La violence n'est pas la solution

Annonce de l’évacuation de la ZAD de Notre Dame des Landes : Les écologistes redisent leur refus de toute violence, d’où qu’elle vienne

Depuis toujours, nous nous sommes impliqués dans les trois formes de luttes contre le projet d’aéroport à Notre Dame des landes : local, juridique et politique. Nos militant-e-s comme nos élu-e-s se sont mobilisés sans compter pour une cause juste et emblématique de la transformation en cours au sein de notre société : partout en France les ZAD se multiplient, comme autant de lieux de résistance à un modèle de développement à bout de souffle qui continue à croire que les recettes des 30 glorieuses peuvent encore fonctionner.

Aujourd’hui, ce projet inutile est enfin abandonné et va permettre une réelle réflexion sur l’aménagement de notre territoire, qui devra conduire à des décisions financièrement raisonnables et respectueuses de l’environnement.

Zone humide d’une richesse et d’une biodiversité exceptionnelles, NDDL peut devenir un lieu formidable d’expérimentations, dans l’intérêt général et pour les générations futures : innovation en matière d’habitat, d’agriculture, de vivre-ensemble, autant de projets de vie qui formeront ensemble une communauté à la fois autonome et inscrite dans la légalité. Donnons-nous le temps de faire murir ces projets de vie !

Ainsi, nous renouvelons notre soutien à toutes celles et tous ceux qui souhaitent s’installer durablement dans le tissu économique local en devenir, et qui demanderont à signer des conventions d’occupation précaire. A terme, c’est la somme de ces projets qui constituera la communauté responsable que nous appelons de nos vœux.

A l’annonce d’une évacuation qui ne précise pas son périmètre, nous restons particulièrement vigilants à ce qu’aucun occupant potentiellement porteur d’un projet local ne subisse la violence d’une expulsion sans discernement.

Enfin, alors que plus de 2500 CRS étaient déployés ce matin, nous demandons à l’État de laisser du temps pour que nous puissions sortir par le haut de cette victoire. L’État crée par cette réponse sécuritaire plus de troubles à l’ordre publique qu’il n’en règle. Nous nous interrogeons sur l’opportunité pour le gouvernement, d’allumer un nouvel incendie dans l’ambiance actuelle de tensions sociales sur de nombreux fronts.

A Notre Dame des Landes, des solutions paisibles se construisent jour après jour : laissons du temps aux gens de bonne volonté ! Nous appelons à rejoindre la ZAD dés aujourd’hui pour veiller à ce que les lieux de vie où naissent les projets soient préservés.

EELV, militant-es et élu-es des Pays de la Loire

Julien Bayou et Sandra Regol, porte-parole nationaux


Vous pouvez retrouver ce communiqué ainsi que tous les communiqués sur le site eelv.fr 

Vous souhaitez recevoir l’ensemble des communiqués d’EELV sur votre courriel, cliquez ici


Contacts :

Sandra Regol, porte-parole nationale
Julien Bayou, porte-parole national 06 20 21 10 53
Lire la suite...

NON AUX EXPULSIONS À NDDL

Non aux expulsions à NDDL - pour la pérennité de la ZAD

 
 

Communiqué 6 avril 2018

 
 

Le risque d’expulsion de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes dès la semaine prochaine, le 9 avril, est plus que probable. Or l’Assemblée des Usages a posé les bases d’un projet de gestion collective des terres lors d’une amorce de dialogue avec des représentants du gouvernement [1].

 
 

Pendant la phase de transition annoncée, une première convention collective globale a été proposée sur les terres et habitats pris en charge par le mouvement. Il est nécessaire de laisser du temps pour que le fonctionnement des diverses activités solidaires, économiques, culturelles, environnementales puissent s’inscrire dans différents cadres possibles.

Aucune expulsion n’est donc acceptable. Par ailleurs le 21 mars dernier, 25 avocats ont écrit à Edouard Philippe, argumentant qu’en l’absence de procédures judiciaires contradictoirement menées à l’encontre de chacun de lieux d’habitations, toute expulsion par la force constituerait une voie de fait de la part du gouvernement [2].

Attac demande au gouvernement de ne pas s’engager dans une action contraire aux principes de l’État de Droit. Attac appelle à venir à NDDL pour s’opposer aux expulsions, et à participer aux actions et rassemblements qui auront lieu sur l’ensemble du territoire.

 
 

Notes de bas de page

 
 

Contacts presse sur ce sujet

  • > Geneviève Coiffard-Grosdoy, 06 80 84 19 89
  • > Dominique Plihon, 06 82 22 27 11
 
 
 

Contact presse Attac

 

Attac France — 2018
Twitter |  Facebook |  Viméo

 
 
Lire la suite...

OFFRE D'EMPLOI

Offre d’emploi à pourvoir
à l’Association Française d'Agroforesterie
Chargé(e) de mission « filières agro-écologiques »
Candidatures avant le 23 avril
N'hésitez pas à diffuser dans vos réseaux


La démarche « Pour une Agriculture du Vivant » vise à soutenir la transition des pratiques agricoles vers l’agro-écologie et à faciliter la valorisation des produits alimentaires qui en sont issus. L'initiative fonctionne dans un processus d’amélioration continue associant les agriculteurs, les acteurs de la sphère technique agricole et l’ensemble des acteurs amont-aval de la filière agroalimentaire. Le poste à pourvoir s’intègre dans le partenariat AFAF-Pour une Agriculture du Vivant et permettra de déployer la démarche dans le quart Sud-Ouest de la France. Vous travaillerez à la structuration amont des filières d’approvisionnement « Agriculture du Vivant », ainsi qu’à renforcer l’activité d'accompagnement technique auprès des agriculteurs de la région engagés dans la démarche.


> Voir l'offre d'emploi (candidatures avant le 23 Avril 2018)

Contact mail : fabien.balaguer@agroforesterie.fr

Lire la suite...

Voici une délibération présentée en fin de Conseil Municipal et qui de ce fait pourrait passer inaperçue !

Il s’agit dans cette délibération d’approuver une convention à signer avec, nous dit-on, une association « L’association sportive automobile tour Auto » présidée par Patrick Peter.

Si on se donne la peine de chercher sur internet qui organise cette course automobile, on tombe sur une société d’événementiels nommée «  Peter Auto » qui organise divers évènements autour des courses automobiles. Un des évènements est le tour auto qui se nomme cette année « Tour Auto Optic 2000 », on se demande pourquoi cette délibération n’en fait pas mention. Peut-être que l'élu Front de Gauche qui la porte est-il un peu gêné, allez savoir ?

 

On nous explique ensuite que cette manifestation a un intérêt réel d’attractivité territoriale pour notre Ville :

· Par l’image qu’elle véhicule

· Par son impact économique : réservation de 600 chambres d’Hôtel et repas

pour 1 200 personnes

 

Quelle est l’image véhiculée par cette manifestation ?

(Je vous lis ce qui est dit sur le site des organisateurs)

 

Le Village du Tour

Le Village est le lieu regroupant les animations présentées par les partenaires du Tour. A commencer par Optic 2000, fidèle compagnon associé à l’événement depuis 2004 sous l’enseigne Lissac et depuis 2009 sous celle d’Optic 2000. Sur toutes les étapes du Tour, Optic 2000, fidèle à ses valeurs, met en avant son professionnalisme en proposant des dépistages visuels et auditifs. De son côté, Vicomte A., l’habilleur de l’épreuve présente la ligne de vêtements officiels.

Accès aux Parcs Fermés sur présentation du programme officiel (10 €)

Le Mini Tour Optic 2000

Le Mini Tour Optic 2000 reprend la route pour la huitième année consécutive du 24 au 28 avril. Fort de son succès lors de ces sept dernières années avec plus de 7 000 enfants accueillis, le Mini Tour Optic 2000 permet à des jeunes de 7 à 12 ans (taille entre 1.25 m et 1.60 m) de découvrir l’apprentissage de la conduite à bord de mini Ferrari sur un circuit mis en place pour l’occasion.

La ville souhaite donc faire la promotion de la course automobile

et au passage accepte de faire la pub de vendeurs de lunettes

et de vêtements de luxe !

Est-ce vraiment pour cette image que l’équipe municipale a été élue ?

On nous assène ensuite l’argument-choc : l’attractivité et l’impact économique.

Je me suis hasardé à faire un petit calcul, on nous promet (et les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent) 600 nuitées or la participation financière de la ville en dehors des agents, de la logistique, de l’occupation du domaine public...est de 25 000 €.

Cela fait donc une subvention d’environ 41€ par nuitée ? Je vous laisse faire le calcul si on devait subventionner à 41€ par nuitée tous les évènements.

Par curiosité, j’ai regardé ce qui se fait à la même époque dans quelques villes voisines Montpellier, Marseille, Grenoble, Lyon et bien d’autres et je suis tombé sur les 48h de l’agriculture urbaine . J’en ai repris une phrase : les habitants veulent et doivent être soutenus activement pour végétaliser leurs quartiers et leurs maisons, afin de dessiner les contours d’une ville plus verte, plus agréable, plus respectueuse et plus respectée.

Peut-être une idée à retenir pour l’an prochain ?

C'est avec un intérêt certain que nous regarderons le vote de nos collègues et notamment ceux du Front de Gauche qui de plus se disent écologistes. C'est à ses fruits qu'on juge l'arbre, c'est dans le vote et non dans le discours que se font jour les politiques menées par les élus. Quand on explique aux associations de notre ville qu'il faut accepter une baisse des subventions et qu'ensuite on subventionne une société d’événementiels en relation étroite avec le sport automobile et le luxe, je connais plusieurs associations qui vont s'étrangler !


 

Pour conclure, cette municipalité a déjà financé à hauteur de 30.000€ un meeting aérien et veut financer maintenant une course automobile pour 25.000€, c’est l’équivalent d’une subvention de 100€ pour 550 vélos électriques.

Une municipalité doit être claire: cherche-t-on à s’engager dans une transition écologique, cherche-t-on à apaiser la circulation ? Dans ce cas, on ne fait pas la promotion du sport aérien et automobile.

Il est temps de se projeter dans le futur, car c’est à la fois une nécessite pour notre environnement et nos enfants, mais on l’oublie trop souvent des opportunités pour créer de l’attractivité et de l’emploi.

Ceux qui s’accrochent aux vieilles recettes sont des passéistes, les écologistes et le groupe « Bien vivre Avignon » veulent, quant à eux, se tourner vers le futur !

Rejoignez nous sur le réseau social de l'écologie: https://bien-vivre.ning.com/

 

Lire la suite...
RSS
M'envoyer un mail lorsqu'il y a de nouveaux éléments –